Le Management interculturel : le cas de la France




En 2014 la mondialisation n’est plus une idéologie mais bien une réalité.

Dans un contexte de mobilité internationale accrue, les entreprises qui souhaitent commercer, s’implanter ou recruter du personnel doivent avoir une vision du pays et de ses usages professionnels.

On parle alors de Management Interculturel. C’est un management qui doit permettre l’amélioration des interactions entre les éléments porteurs de cultures différentes au sein d’une organisation pour réduire les conséquences négatives des différences pour la bonne marche de l’entreprise et de bénéficier au maximum des ressources qu’offre chaque culture.

Prenons l’exemple de la France, quelques notions à comprendre pour gagner du temps dans les échanges commerciaux :


Parler de son salaire et de d’argent en général est taboue. Il faut bien connaître ses interlocuteurs et avoir entièrement confiance pour aborder ses sujets. Trop de liberté de conversation sur le sujet risque de choquer et d’attirer une certaine méfiance. En cas de doute, mieux vaut s’abstenir.


Prêter attention à son orthographe est essentiel. En effet, cela justifie un certain prestige social. Il est un moyen de sélection des individus dès les premières années d’école, pour se poursuivre en entreprise : un CV et une lettre de motivation avec une bonne orthographe seront privilégiés même envers un profil avec des compétences supérieures.


Eviter de complimenter trop tôt ses interlocuteurs. Cela engendre en effet beaucoup de méfiance et de suspicion. Les Français se demandent pourquoi on les flatte et ce que l’on a à y gagner. Ils adoptent alors une attitude défensive.


Ne pas formuler de critiques frontales à l’encontre d’un Français. Il risque de se braquer dans une attitude défensive hermétique au dialogue.


Pratiquer l’humour au second degré. Les Français en raffolent, ce qui entraîne parfois certaines déconvenues avec d’autres nationalités beaucoup moins à l’aise avec ce type d’humour.


Les réunions en France ne sont pas toujours très préparées. Quand elles le sont, cela peut même engendrer de la méfiance (les décisions sont déjà prises donc ma liberté de parole et de penser a été bafouée). Elles sont donc normalement un moment de présentation des sujets, et d’échange sur ceux-ci.


Le manager français doit être un bon communiquant, doué pour convaincre ses subordonnés. En effet, les Français n’appliquent les consignes que s’ils en comprennent le sens. Ce qui peut être déroutant pour un manager étranger, notamment quand les demandes de la hiérarchie sont contestées, et/ou le travail sera réalisé de manière moins performante. Il doit aussi trouver le bon équilibre entre relationnel souple ou trop stricte afin de garder de bonnes relations avec ses subordonnées.



Avec toutes ces nouvelles clés lecture de l’entreprise française, n’hésitez pas à vous lancer dans l’aventure internationale. A venir nous explorerons les Interfaces Culturelles du Québec, puis de la Grèce et de l’Allemagne.

Pour aller plus loin dans vos démarches, Business Box Development vous accompagne et réalise un diagnostic Export, objet d’un prochain article.



Le management interculturel, on en parle dans la presse et notamment dans le journal Le Monde 

Laisser un commentaire